Affiner et ses bras et éviter le relâchement 

Affiner et ses bras et éviter le relâchement 

Le relâchement des bras apparaît au cours des années, avec un pic au moment de la ménopause, car à ce moment la peau est moins « nourrie ». Les cinq premières années de cette période, la peau des femmes perd jusque 30% de collagène.

Il n’est malheureusement pas possible de stopper entièrement cela, les seules solutions qui s’offrent à nous en médecine esthétique, sont le plus souvent une combinaison de plusieurs techniques. Les traitements existent, ils sont très satisfaisants sans être miraculeux. L’ennemi de ces traitements est la variation de poids, car avec l’âge, lors d’une perte importante de poids, la peau ayant perdu de son élasticité naturelle, le relâchement s’accentue. Les bras sont les premiers touchés par ce phénomène, dit ptôse.

La cryolipolyse

Elle est aujourd’hui la solution idéale en cas de zones graisseuses peu importantes et localisées. Ce traitement est parfaitement adapté aux bras. La réduction est visible, de l’ordre de 25 à 40% du volume graisseux, ce qui est considérable. Deux séances sont souvent nécessaires, espacées d’un mois environ. Cela agit donc sur la partie graisses des bras, pas sur la qualité de la peau, et si la peau au départ est peu tonique, cela risque même d’aggraver le phénomène.

Les injections

Je vous ai parlé plusieurs fois de Profhilo, acide hyaluronique non réticulé, composé de deux poids moléculaires différents. L’injection de ce produit, qui nappe les tissus visés, permet une amélioration sensible de la qualité et de la fermeté de la peau des bras, sans en augmenter le volume. Dans le cas d’une importante perte de substance, il faut utiliser des volumateurs, acide hyaluronique ou autres.
Il est préférable d’injecter la partie interne des bras, avec un résultat qui dure entre douze et dix huit mois, une à deux sessions étant utiles, selon l’état de départ.

Les fils coréens

Ces petits fils résorbables, sont implantés directement dans le derme, pour un maillage de la zone relâchée. Certains de ces fils sont munis de ressorts pour tendre les tissus, d’autres fils sont nus, pour épaissir la peau. Il en faut environ quarante par bras, mais la séance est simple, peu douloureuse, et sans effets secondaires. Le résultat est décalé dans le temps, et les effets assez durables. Répéter ce soin une fois par an, finit par donner un résultat remarquable.

Les machines

Ultrasons de haute fréquence focalisée et radio-fréquence sont les deux micro-courants les plus fréquemment utilisés. Ils allient efficacité et innocuité.
C’est le soin du début de la ptôse, ou, lorsque celle-ci est plus installée, le premier maillon de la chaîne des traitements, décrits dans cet article. La chaleur produite favorise le remplacement des fibres de collagène vieillies, par des fibres neuves, qui améliorent la fermeté des tissus. Au contraire des techniques précédentes qui « fonctionnent » forcément, il faut bien choisir les candidates pour ces techniques, qui peuvent décevoir les mauvaises indications.

Comme vous le voyez, le médecin esthétique a à sa disposition quatre ou cinq techniques. A lui de choisir le soin ou la combinaison des soins qui permettront le meilleur effet, en fonction de la problématique initiale. C’est son rôle de poser le juste diagnostic et d’appliquer la thérapeutique optimale. Mais, et c’est le plus important, les traitements efficaces existent.

Give a Reply