Envisager des premiers traitements de médecine esthétique avant 30 ans ?

Envisager des premiers traitements de médecine esthétique avant 30 ans ?

La jeunesse est un état de grâce que chacun essaye de prolonger. Mais il arrive qu’à cet âge aussi, des jeunes gens se sentent trahis par les premiers signes du vieillissement, pourtant très relatifs. Cela peut être des paupières qui commencent à tomber, des cernes qui se creusent et se marquent, des pommettes moins saillantes, un invisible relâchement du cou ou de l’ovale du visage. 

Ne pas se précipiter à tort sur certains traitements phares


A ces âges, injecter des produits de comblement me paraît être dans la plupart des cas une erreur. C’est mettre le doigt dans un engrenage qui finit par des visages que l’on ne reconnaît plus vraiment vingt ans plus tard. Certes, il est des cas où injecter un filler est nécessaire, mais toujours le moins possible en quantité et en fréquence. 
Il faut plutôt « traiter » la peau, c’est à dire la nourrir, la régénérer, la renforcer pour attendre sereinement le temps qui passera. Des séances de skinbooster permettent une hydratation profonde et durable, un meilleur apport en nutriments et améliorent la micro circulation sanguine. Tout pour arranger la qualité de la peau. Ce doit être le premier traitement…

Du botox en infime quantité ? Ou opter pour un autre choix ?


Utiliser de la toxine botulique est aussi un choix judicieux. Injectée à faible dose et une seule fois par an, on ralentit ou empêche la rétraction physiologique et inévitable des muscles du visage, en partie à l’origine de la chute de la queue des sourcils, de la bouche qui s’affaisse, des plis d’amertume, de l’ovale qui se relâche, des bandes du cou.
Les rides d’expression étant indépendantes de l’âge, il est fréquent que de jeunes gens aient des rides frontales ou les rides dites du lion. Là aussi, une injection par an empêche l’installation de ces stigmates.
Les sils simples de PDO sont également une solution acceptable. Ils ne déforment ni l’architecture du visage ni ses volumes. Pourtant ses effets sont remarquables. Sur un ovale qui se défait un petit peu, poser cinq fils de PDO pour tirer la peau vers le haut et cinq vers l’arrière, dans le sens contraire de l’affaissement des tissus, améliore la définition de l’ovale, et le visage apparaît plus jeune. Lorsque les pommettes commencent à se vider, poser des fils redonne un peu de volume, renforce la peau et permet un effet tenseur. C’est souvent bien mieux à cet âge qu’injecter de l’acide hyaluronique. Cela peut être le cas dans plusieurs indications.

Il y a peu de raison objective de traiter le plus grand nombre à un jeune âge, mais la pression sociale, les réseaux et les photos, sont la source de la plupart des demandes. Une consultation qui prend le temps d’écouter, qui en déchiffre les raisons, qui établit un rapport de confiance entre le praticien et le ou la patiente, sont nécessaires et indispensables afin que le juste et minimal traitement soit proposé, pour le bien de tous.

Give a Reply