La cellulite, plusieurs types…

Mieux connaître la cellulite pour mieux la combattre

Il existe différents types de cellulite, et le traitement n’est pas forcément le même pour chacun des types de cellulite.

Quelques statistiques. Nous estimons que 80 % des femmes, jeunes et moins jeunes, minces ou rondes, toutes ethnies et régions confondues, se plaignent un jour de ce souci, qui s’il est sans aucune gravité, est vécu comme une gêne importante. Nous pourrions imaginer au vu de ce chiffre que la cellulite est un phénomène physiologique, normal, et qu’il n’y a donc pas de raison objective de la combattre. Mais c’est perçu comme disgracieux par l’ensemble des femmes, et par les canons médiatiques universels de la beauté.
– La cellulite adipeuse est la plus discrète. Elle se remarque peu à l’œil nu, mais se verra lorsque vous pincez votre peau. Elle est molle et peu douloureuse. C’est la cellulite des femmes « enrobées », ayant tendance à la surcharge pondérale, et qui font peu d’exercice physique. Les cellules graisseuses (adipocytes) s’accumulent dans l’hypoderme, gênent l’élimination des toxines, créant une inflammation.
– Il y a ensuite la cellulite aqueuse. Celle-ci est bien plus visible à l’œil nu. Elle entraine une gêne physique car elle s’accompagne de jambes lourdes. La cause est une mauvaise circulation veineuse et/ou lymphatique, d’où rétention d’eau.
– La cellulite fibreuse, enfin, la plus dure à combattre, est douloureuse, dérangeante. Elle est généralement installée depuis un certain temps, causée par le manque de sport, une certaine sédentarité, une hygiène de vie à améliorer. Le collagène qui entoure les adipolyses durcit. Des fibres appelées septae, partent de l’hypoderme vers la superficie de la peau, se rétractent donc tirent sur elles-mêmes, attirent la surface cutanée vers l’intérieur, créant des « trous » qui caractérisent ce type de cellulite.

Les traitements

Peu ou pas de traitement vraiment efficace….
Des crèmes anti-cellulites à l’efficacité hypothétique, le palper-roulé mécanique qui a certains atouts mais le résultat disparaît aussitôt les séances terminées, le palper-roulé manuel ou pincement de Jacquet, plus efficace à long terme, plus onéreux aussi, mais qui n’empêche pas le retour un jour ou l’autre de la cellulite honnie, une alimentation saine, de l’exercice physique régulier, des massages aussi…
Dans les cabinets de médecine esthétique, la cryolipolyse en cas de cellulite graisseuse, la radio-fréquence tripolaire permet des résultats satisfaisants, mais à court terme, surtout en cas de cellulite fibreuse modérée.
Enfin, une nouvelle technique à mi-chemin entre médecine et chirurgie, Cellfina. Elle s’attaque aux « trous » de la cellulite fibreuse installée, un scalpel coupe les septae, relâche et libère les fibres rétractées, les trous cutanés s’estompent ou disparaissent. Il s’agit d’une technique qui ne nécessite qu’une seule séance. Les suites sont nettement plus marquées, des hématomes et des douleurs qui durent jusque un mois sont fréquents.

Give a Reply