La Redermalisation, une innovation qui comble un manque…

La Redermalisation, une innovation qui comble un manque…

Comment traiter les peux fines et fragiles parsemées de petites rides ?

Le problème se pose particulièrement au niveau de la paupière inférieure et du décolleté.
Pour les cernes, on injecte un acide hyaluronique réticulé et peu hydrophile, dans le but d’estomper le creux qui part de l’ange de l’œil. Mais ce traitement n’a que peu d’effet sur la qualité de la peau superficielle et sur les petites ridules qui souvent la parsèment.
Certes, il est possible d’injecter quelques unites de toxine botulique, mais outre un résultat modéré, il dure peu de temps. De plus, on traite dans ce cas là les effets et pas du tout la cause.
La redermalisation constitue la réponse adaptée, naturelle, sans risque et durable.
Il s’agit d’injections très superficielles d’un mélange d’acide hyaluronique et d’acide succinique. Ce soin d’un nouveau type entraine une hydratation et une réjuvénation de la partie superficielle de la peau.
Ce soin est également appelé “Bubble traitement” en ce qu’il laisse des petites papules, qui disparaissent rapidement.
C’est un soin innovant, révolutionnaire, qui hydrate, tonifie, retend la peau et a une action marquée sur les taches pigmentaires, souvent présentes dans l’aspect bleuté des cernes, et au niveau du décolleté.
Pour traiter les paupières inférieures, deux ou trois séances espacées de deux semaines améliorent considérablement le côté plissé, “fripé”, avec pour conséquence une diminution de l’aspect cerné, des fines rides superficielles que la toxine botulique ne réussit pas à traiter, de la coloration brune, et des poches.
L’éclaircissement des cernes ainsi que l’aspect plus tonique de la peau permettent d’obtenir rapidement un regard plus frais, plus jeune et surtout moins fatigué.
Au niveau du décolleté, la même technique permet d’obtenir le même résultat, la peau est plus nette, moins ridée et présente un teint unifié.
Par ailleurs, il est possible de traiter les fines rides de la patte d’oie, en complement des injections de toxine botulique.
Selon l’état de la peau, on utilise une seringue par coté ou une seule seringue pour les deux cotés. Ce sont des injections en papules intra-dermiques très rapprochées, étalées sur une partie étendue de la zone à traiter. Une crème anti-rougeur est appliquée ensuite, voire un masque à l’acide hyaluronique.
Si une seconde séance est nécessaire, elle se fera deux semaines après la précédente.

Give a Reply