Le roman de la peau

La peau est l’interface entre nous et le reste du monde, c’est la première chose que l’on voit de nous.
La peau, à sa surface, révèle nos âges, le vécu, l’origine ethnique et parfois sociale.
Elle est sur une profondeur de quelques millimètres, un bouclier contre les agressions de la vie et de l’environnement.
La peau est un organe essentiel. Fine mais résistante, imperméable et élastique, la peau a une grande capacité de régénération précieuse dans la vie de tous les jours, commode aussi en esthétique.

La peau est composée de différentes couches.
Les kératinocytes constituent près de 90 % des cellules de l’épiderme. Ils fabriquent la kératine, protéine qui assure à la peau son imperméabilité.
Des cellules, dites de Langerhans, rendent possible une protection anti-microbienne, et constituent une barrière immunitaire.
Dans le derme moyen se constituent la tonicité et l’élasticité de la peau. Les fibres d’élastine lui confèrent ses propriétés élastiques, tandis que les fibres de collagène en garantissent la résistance. Ce sont les premières victimes du temps qui passe….
Plus en profondeur, nous trouvons la couche graisseuse, située à la base de la peau. C’est elle qui définit les contours et la silhouette, et parce que cette couche graisseuse fond et/ou migre avec l’âge, ces contours se modifient, affichant les stigmates du vieillissement.

Comment la peau vieillit ?

Jeune, la peau se renouvelle en quatre semaines environ. Dès 35 ans, ce renouvellement ralentit. L’épiderme s’amincit, est plus sec, quelques ridules apparaissent, et le temps de cicatrisation est plus long. A 60 ans, la peau se renouvelle en huit semaines, comme si elle a plus de mal à recevoir les signaux de renouvellement cutané.

La raison principale chez les femmes est que ce sont les oestrogènes qui en se fixant sur les fibroblastes de la peau, donnent à la peau souplesse, tonicité et fermeté. Lors de troubles hormonaux ou la ménopause passant par là, la baisse de production hormonale diminue la capacité des cellules dermiques à synthétiser le collagène et l’acide hyaluronique, diminuant résistance, hydratation et élasticité cutanées. Cette baisse de production hormonale explique également l’apparition des taches dites de vieillesse, puisqu’elle entraine une altération de la production des mélanocytes, cellules responsables de la pigmentation.

Les facteurs génétiques prédominent dans la programmation du vieillissement cutané, mais l’environnement joue un rôle considérable dans les mécanismes du vieillissement cutané. Une utilisation judicieuse de la cosmétique, et quelques soins de médecine esthétique aident à ralentir ce processus naturel. Il faut agir sur nos modes de vie, pas de tabac, moins de soleil, meilleure alimentation améliorent la qualité d’un organe programmé pour durer longtemps…
Car les polluants de la peau, tabac, soleil, pollution acide des villes, sont de grands générateurs de radicaux libres d’oxygène.
Les radicaux libres, en grand nombre, dégradent le collagène.
Les UVA (le soleil) altèrent les fibroblastes et l’élastine.
Il en résulte une peau plus sèche, parfois rugueuse,propice à l’apparition de rides et de taches.
Le tabac et les polluants en général endommagent l’ADN, augmentent la production de radicaux libres, accélèrent les processus de vieillissement, et in fine l’apparition de cancers.

Déshydraté, sec et cassant, plus pauvre en élastine et en collagène, le derme s’affaisse et l’épiderme se plisse.
A la suite de contractions répétées de certains muscles, des rides d’expression apparaissent, au niveau de la patte d’oie, des rides du lion et du front. D’un autre côté, le relâchement cutané, manque de fermeté associé à la pesanteur, laisse apparaitre des rides au niveau des paupières inférieures, des bajoues et du cou.

En médecine esthétique, ayant compris les différents composants de la peau dans son ensemble et dans son épaisseur, les traitements les plus efficaces, les plus naturels et surtout les mieux adaptés sont la combinaison d’un peu de plusieurs techniques.
Cette large palette de soins dont nous disposons doivent être utilisés dans le seul but d’embellir, rajeunir, rafraichir, rendre plus attrayant.
– Le vieillissement est multiforme.
– Le relâchement se fait du haut vers le bas et de l’arrière vers l’avant,
– la peau se traite d’abord en profondeur puis en superficie,
– les rides ont une origine musculaire ou liée au relâchement,
– Il y’a les taches brunes et les problèmes vasculaires
– etc…
Les traitements se font par la toxine botulique et par l’acide hyaluronique, des techniques mécaniques comme les lasers ou des micro courants comme les ultra sons ou la radio fréquence, l’affaissement par les fils tenseurs, l’hydratation par les skinboosters, etc…
Une fois pris en charge le visage, traiter le cou et le décolleté devient normal, puis les mains….
Face à la multiplicité des techniques proposées et la diversité des besoins, il est essentiel de choisir le praticien qui correspond le mieux à votre personnalité, votre appréhension de ce que doit être la « beauté, et ne jamais oublier que la médecine esthétique doit être une sorte de haute couture. Plusieurs essayages sont nécessaires pour arriver au résultat optimal.