Rajeunissement du cou, PROFHILO Partie 2

Rajeunissement du cou, PROFHILO Partie 2

Utiliser deux ou trois techniques ou produits différents pour rajeunir le visage est devenu le standard en esthétique médicalisée.

Cela est aussi plus vrai pour rajeunir le cou, car de nombreux facteurs interviennent dans son vieillissement apparent.
Nous sommes le plus souvent confrontés à une rétraction des muscles, les bandes verticales qui apparaissent au niveau du cou, ainsi qu’à la perte de tonicité et le relâchement de la peau.
Dans ce cas, j’effectue le traitement en deux séances espacées d’un mois.

Un nouveau produit sur le marché

Le premier mois, un acide hyaluronique particulier, le Profhilo, dont j’ai parlé la semaine dernière, est injecté en une dizaine de points, afin de remodeler le cou en manque de tonicité. À la suite et lors de la même séance, j’injecte de la toxine botulique dans les bandes verticales afin de relâcher les muscles, puis encore de la toxine botulique le long des rides horizontales, dans le but de les estomper sensiblement.
Un moins après, je renouvelle exactement la même session d’injections de Profilho.
Le résultat obtenu est progressif et très visible. Il est nettement supérieur au résultat obtenu en utilisant séparément chacune de ces deux techniques.
Mais le plus remarquable est que le traitement est plus durable, et qu’en renouvelant ce soin, il l’est chaque fois davantage.
Ce soin est particulièrement bien toléré, et l’indice de satisfaction est très élevé.
En cas de relâchement visible au niveau du « double menton », il est possible de poser une dizaine de fils torsadés en superficie et lisses dans les tissus plus profonds.
Le cou était un parent pauvre du traitement global du visage, grâce à cette association de soins, ce n’est plus le cas.

Give a Reply